Musique, Review / Report

The Gallo @ Shinjuku Reny, le vendredi 10 mars 2017

Deux de mes amies de concert me parlaient depuis longtemps d’un petit groupe de visual-kei qu’elles allaient voir de temps à autre, quand nos groupes fétiches ne tournaient pas. Faut bien trouver sa dose où on peut. The Gallo de leurs petits noms officient apparemment depuis déjà huit ans (ah ?) et visuellement sont un peu le cliché de groupes de visual-kei : très kitsch, très maquillés, très poseurs. Mes amies résumaient très simplement ces petits coqs : c’est un groupe rigolo et on passe un bon moment parce que les fans sont assez déjantés. Ils sont apparemment pas mal populaires auprès des fans étrangers sans aucun doute pour le bordel lors des concerts et leur second degré. Comme le chanteur est très fan, ils posent lors des concerts, sur les photos de promos et lors des vidéos comme les personnages de JoJo’s Bizarre Adventure, un manga culte au Japon.  Déjà tout un programme.

Lors de nos izakayas post-concert, elles les mentionnaient régulièrement lorsqu’on parlait chacune de nos groupes préférés, elles nous montraient les vidéos et photos prises avec les membres du groupe lors d’event spéciaux (c’est tout un monde, le visual-kei … ) et elles nous racontaient avec entrain les anecdotes un peu ridicules mais drôles. Montrant un peu d’intérêt, elles m’avaient offert le dernier album du groupe que j’ai écouté ces derniers mois. Sans pour dire que c’est de la grande musique, j’avais assez apprécié et j’étais curieuse. Peut-être parce que ces derniers temps, je suis à la recherche de musique un peu violente sans trop de réflexion … juste histoire de se défouler. Du coup, lorsqu’elles m’ont proposé d’aller à un de leur « one-man », j’ai accepté… Surtout qu’elles me payaient la place donc je n’allais pas faire la fine bouche.

the_gallo_20250.jpg

Ces dégaines, j’adore.

Au Japon, compte tenu des prix (et de mon amour pour Plastic Tree), je vais régulièrement voir la même chose. J’ai l’habitude de suivre des groupes un peu plus matures, qui passent souvent par des salles entre moyennes et très grandes. Contrairement à pas mal de fans de visual-kei je n’ai jamais réellement fait de concerts de groupes un peu obscurs (parce que souvent ils ont une raison pour ne pas percer, ahem) et leur culture un peu particulière et propre m’est en réalité tout à fait inconnue. En France et à Londres, j’allais voir tout et n’importe quoi.

J’ai retrouvé mes deux amies à Shinjuku et on a rejoint deux de leurs propres amies devant la salle du concert. Elles ont profité de ce moment pour me briefer un peu. Entre autre qu’il n’y aurait pas beaucoup de monde parce que c’est un petit groupe et certains gros groupes de visual kei ont un concert le même jour. Ensuite, que je peux me mettre tout au fond si je ne veux pas participer au concert. Si je veux voir les membres du groupe il vaut mieux que je me mette d’ailleurs un peu en retrait, mais si je veux vraiment être dans le truc, il faudrait que je sois au milieu et que même s’il y a de la place au premier rang autant éviter de s’en approcher pour une première fois… A peine compliqué pour un concert.

Au final, il y avait très peu de monde à l’intérieur, j’étais peut-être au 5ème et avant-dernier rang. Entre chaque rang, suffisamment d’espace pour tendre les bras à l’aise. La plupart du public était assis par terre à se préparer : elles changeaient de chaussures pour enfiler des pantoufles ou des crocs, retiraient leurs manteaux, et sortaient leurs assiettes et cuillères (oui…). Je suis habituée à aller voir des concerts de visu, certes, mais c’est toujours des gros groupes et à l’image d’un concert normal, les fans attendent gentiment en pianotant sur leur téléphone ou en discutant à voix basse. Là, on avait l’impression que certaines partaient en guerre. Une des amies de mes potes, alors au deuxième rang, se posait d’ailleurs la question de reculer dans la salle pour mieux voir et demandait son avis aux autres. De réelles stratégies à mettre en place.

tumblr_omv3n8lFHG1qitmxfo2_1280.jpg

Je pense savoir me situer sur cette image.

Le concert commence peu après que les fans aient commencé à taper dans leurs assiettes en hurlant tandis que la playlist en fond était un remix de « Nightmare Before Christmas ». Moi, j’avoue, je rigole un peu à ce moment-là de les voir taper avec leurs cuillères sur leurs assiettes, certaines apparemment dédicacées par le groupe.

Lorsque les musiciens entrent sur scène et commence  jouer, c’est là le chaos le plus organisé du monde qui commence. Les fans suivent toutes une chorégraphie assez compliquée et élaborée de mouvement de bras, de headbang, de saut à droite, à gauche, devant ou derrière et le tout dans une synchro à faire pâlir les groupes de natation synchronisée… Je passe la première chanson à regarder et admirer les fans.

La deuxième à vaguement les suivre.

La troisième à me retourner vers une de mes potes et m’exclamer : « Mais ça fatigue !!! » (Elles se sont d’ailleurs foutus de ma gueule pendant deux jours … étant donné que c’était la troisième chanson sur trente… À peine l’échauffement.)

Comme je disais plus tôt, je vais souvent à des concerts de visual-kei, mais ce sont des gros groupes et les furitsuke (les danses/mouvement de bras propre aux concerts du milieu) restent relativement simples, ne sont pas du tout obligatoires à suivre et au final se rapprochent de ce qu’on trouve dans n’importe quel groupe de rock. Je ne vais jamais voir des petits groupes, donc je n’en sais rien, mais là, je me suis prise une claque. Les filles ne s’arrêtent pas de tout le concert. Les mouvements sont complexes et lorsqu’on est en plein milieu, il est difficile de ne pas suivre un peu parce qu’elles sautent d’un côté de la salle, puis de l’autre, se prennent par les mains pour danser, etc.

Pendant ce temps-là, une jeune femme arrive sur scène en sous-vêtement sexy avec porte-jarretelles et talons infinis. Elle est accompagnée par un homme déguisé en clown de film d’horreur qui l’attache avec des cordes. En somme, en plein concert, j’ai eu le droit d’assister à un petit spectacle de Shibari.

tumblr_omv82r2dXh1qitmxfo1_1280

Le groupe et les guests

Lors du premier MC (lorsque les musiciens prennent le temps de discuter), je me concentre sur le groupe que j’ai l’impression de voir pour la première fois. Pour être honnête, j’ai passé une majorité du temps à observer les fans qu’à regarder le groupe. Eux posent comme des personnages de JoJo’s Bizarre Adventure dès lors qu’ils prennent la parole, ils disent principalement des bêtises et rigolent à leurs propres blagues. En gros, c’est un live de gens qui ne se prennent pas la tête. Une fois passée la surprise, c’est vraiment drôle.

A la moitié du concert, ma pote me prend des mains l’assiette et la cuillère qu’elle m’avait refilée pour que je participe puis me pousse vers le côté sans que je comprenne. Je vois finalement la salle se couper en deux en son centre, chaque côté s’écartant de l’autre et se faisant signe. La seconde suivante, j’ai participé à mon premier wall of death. Ce n’était pas le premier que je voyais, mais j’avais toujours été suffisamment sur le côté ou devant pour ne pas en faire partie. Là, toute la salle s’y met. Bon, pour être honnête, on était moins de 100 personnes. Hormis quelques garçons qui faisaient attention à leur force, c’était principalement des filles qui se rattrapaient les unes les autres quand une glissait ou manquait de tomber. Bref, Un wall of death mais gentil s’il vous plaît. Durant tout le concert, ils ont dû en faire deux ou trois durant lesquelles la quasi-majorité des fans participaient dans la bonne humeur.

Le deuxième « évènement » du concert m’a laissé un peu surprise et circonspecte. À un moment précis d’une chanson bien définie, les fans du premier rang se soulèvent et se plient en deux sur la barrière, fesses vers les fans (en gros) et tête à l’envers vers la scène. Là, les autres fans courent (enfin trottinent pour la plupart d’entre elles) et se jettent sur les fans du premier rang, dos contre elles avant de repartir. Certaines ensevelissent le premier rang (ou les protège de leurs corps, je suppose que ça dépend de notre vision des choses) formant une montagne de fans devant les musiciens qui soit rigolent, soit tentent de chopper des bras qui gesticulent. Après recherches, ça semble s’appeler un « gyaku-dive ».

À Rome fait comme les romains, donc oui je me suis jetée sur les petites fans du premier rang jusqu’à ce que le chanteur m’attrape par le bras, ne me lâche pas et que je finisse par me faire ensevelir par les autres fans qui voulaient participer aussi. En gros, c’est un joyeux bordel où on n’écoute plus vraiment la musique pour être honnête. (de toute façon, le bassiste finit par donner son instrument au chanteur pour passer à la batterie et le batteur se retrouve au milieu à ne pas savoir quoi faire, le chanteur finit par attraper un extincteur (?) et mitraille les fans qui se rapprochent de la scène. Le batteur finit par faire de même lorsqu’il se rend compte que de toute façon le guitariste et le bassiste ont échangé de place et que le guitariste commence à taper sur la batterie comme un forcené.)

En somme, toute une expérience.

Le concert a duré bien trois heures, avec trente chansons, du shibari, un solo de saxophone en plein milieu on ne sait pas trop pourquoi, des wall of death, des clowns magiciens effrayants et des fans survolté(e)s. Je suis sortie de la salle un brin fatiguée.

tumblr_omv6lwObJL1qitmxfo1_1280

Wajow, le guitariste

Pour les fans ayant dépensé plus de 5000 Yens en goodies, une photo avec les membres du groupe était offerte. Elles pouvaient choisir leur préféré pour qu’il soit assis à côté d’elle et le reste du groupe derrière. N’ayant rien acheté du tout hormis un coca pour me désaltérer, j’ai tout de même fait la queue un moment pour tenir le miroir afin que mes deux amies se remaquillent et se recoiffent avant d’attendre dehors qu’elles aient fait leurs photos. Au final, la plupart se composent ainsi : le musicien de choix à moitié sur les genoux de la fan, les autres imitant encore et toujours JoJo’s Bizarre Adventure derrière.

Une fois mes deux amies en possession de leurs photos, on sort de la salle, on croise le monsieur clown cette fois-ci sans maquillage alors qu’une de mes potes se moque et imite la façon de parler du chanteur. Il s’en suit une dizaine de courbette ponctuée de « Merci d’être venue, j’espère que vous avez aimé, j’espère qu’on vous reverra, faites attention en rentrant » pour lui et « merci pour le show, c’était très drôle, on espère vous revoir à un autre concert, faites attention en rentrant » pour nous.

Résumé

Finalement, j’ai passé un très bon moment. La musique en soit n’est pas forcément la plus élaborée au monde, mais elle est efficace. L’un des guitaristes et le bassiste sont d’ailleurs bien bons. Le chanteur quant à lui, un peu trop pris dans son élan, chante par moment un brin faux … Mais les fans étant eux-même dans leur trip, on ne s’en rend pas plus compte. L’ambiance est survoltée, ça va dans tous les sens et rien que pour les fans, ça vaut le coup de participer. Mes deux potes semblent être ravis de m’avoir embrigadée et m’ont déjà réservée deux prochains concerts.

tumblr_omv71s4kNg1qitmxfo1_1280

Je vois une de mes potes sur la photo, ahah.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s